Projet d'éducation populaire et inclusion par le sport

- YAG BARI-

Le projet :

YAG BARI

 Projet d'éducation populaire 

Créé en septembre 2013 à Saint-Denis (93), dans la banlieue de Paris, par des jeunes adultes hommes et femmes, ayant en commun la pratique des arts martiaux et l’engagement pour la défense des droits civiques, le cercle sportif d’éducation social et solidaire Yag Bari mobilise aujourd'hui un nombre important de personnes engagées dans la lutte contre les discriminations et les inégalités sociales. Professionnels du sport et de l’éducation, acteurs associatifs ou bénévoles, nous ambitionnons à partir de ce projet d’offrir une voie vers l’inclusion sociale aux enfants, adolescent(e) s et jeunes adultes en situation de grande précarité et/ou marginalisé(e)s. Développant une pédagogie sociale inspirée des principes des arts martiaux traditionnels, nous envisageons les pratiques physiques et activités socio-éducatives tant comme moyen de libération des facultés humaines que comme outil de renforcement de la cohésion sociale.

Yag Bari, signifie «le grand feu» en langue rromani. Le concept chinois de Kung-Fu quant à lui nous invite sur la voie de la maitrise et la culture de soi sans achèvement. Nous souhaitons par notre action apprendre aux enfants et aux jeunes à cultiver ce feu sacré par quoi chacun a le pouvoir d’éclairer sa propre conscience, son environnement proche et le monde.

Dans quel but :

Le projet d’éducation du Yag Bari entend, par ces différentes initiatives, participer à la mise en oeuvre d’une société plus juste, solidaire et inclusive dans laquelle chaque enfant, adolescent et jeune adulte puisse envisager de s’accomplir et d’exercer pleinement son potentiel quels que soient son origine, sa situation sociale ou son état physique. Dans ce sens nous souhaitons encourager et permettre aux enfants, ados et jeunes adultes issus de groupes marginalisés à l’extrême d’entrer dans un processus de socialisation en direction des formes de vie sociales établies sur le territoire, au premier plan desquels les institutions (clubs sportifs, maisons de quartiers, centres socioculturels etc.), afin de rompre avec la quasi absence de liaison entre ces groupes marginalisés et l’ensemble de la population qui génère xénophobie, racisme et intolérance.

Vers qui et comment :

Vers qui et comment :Un réseau de partenaires associatifs et institutionnels en constant développement, nous permet d’entretenir un contact permanent avec de nombreux enfants et jeunes dispersés sur tout le territoire, qui du fait de leur environnement (extrême précarité, ségrégation au plan de l’habitat ou des modes de déplacement, discrimination au plan des modalités de la vie sociale etc.) se voient éloignés des espaces socio-éducatifs de proximité, et révèlent de fait des difficultés à se vivre pleinement comme enfant et jeune citoyen agissant au sein de l’espace social dans lequel ils sont établis. Afin de répondre à la fois à ces exigences éducatives et à cette nécessité de sociabilisation et d’inclusion dans la vie locale, nous tachons, à partir d’activités et chantiers éducatifs communs, de développer de multiples partenariats avec les associations sportives et socioculturelles ainsi qu’avec les acteurs institutionnels de la ville et du département. Dans cette esprit d’inclusion de tous nous tâchons d’assurer une importante participation des jeunes filles.

Document de présentation

Apprendre à boxer pour mieux lutter

Yag Bari, «le grand feu» en langue rrom, est le nom d’une école de boxe chinoise basée en Seine-Saint-Denis. Créée en 2013...

 

— Journal de la FSGT (fédération sportive et gymnique du travail)

Actualités

20/09/2018

Cette année les enfants du Yag Bari poursuivent leur avancée sur la voie sans fin de la maîtrise de soi et de l'autonomie autour de cinq chantiers pédagogiques émancipateurs : "Boxe chinoise et martialité", "Parkour et regard sur le geste", "Danses et rencontres cultur...

10/07/2018

Le 4 juillet, les enfants du Yag Bari rencontraient la Défenseure des enfants Geneviève Avenard et la responsable de DEI France Colette Duquesne. L'occasion pour nous tous d'échanger sur les difficultés que rencontrent les enfants vivants en bidonvilles, squats et hôte...

31/05/2018

Missions :

  • Éducateur - animateur socioculturel :

Animer les sorties culturelles et activités sportives de découverte, concevoir et animer des activités de groupe sur des thèmes précis. Gestion logistique des sorties (transports, repas, relation parents etc.).

  • C...

Please reload

Les chantiers éducatifs en cours

Boxe Chinoise et spectacle martial

École de la martialité

Grace à un partenariat privilégié avec l'école de boxe chinoise Hung Gar Yag Bari du quartier Gare à Saint denis, nous participons chaque semaine à un court d'art martiaux et préparons un spectacle martiale pour l'année 2018-2019.

Parkour et regard sur le geste

Habiter son monde

La pratique du Parkours comme art du mouvement ou du déplacement, nous permet de questionner la manière dont nous occupons physiquement l'environnement, d'y penser notre place, les possibilités de nous y voir inclus, et la manière dont nous imaginons nous y déployer. Se réapproprier l'espace par l'art et la poésie du geste comme une possibilité de l'habiter réellement.

Danse et rencontres culturelles

Se rencontrer en musique

Au delà des mots, des images et des préjugés qu'ils véhiculent, nous tachons d'ouvrir, à travers la danse et la musique, des voies de rencontre et d'expression. Danser c'est partager, s'offrir et recevoir, c'est se découvrir . Car ce connaitre soi même c'est aussi savoir se reconnaitre quelque part en l'autre.

Muralisme et arts plastique

Marquer sa présence, faire sa ville

Habiter sa ville s'est aussi y laisser sa trace, s'y raconter ouvertement, y inscrire son histoire, ses rêves et ses désirs. S'exprimer et se dire ensemble pour faire communauté.

La pédagogie :

Ayant comme source d’inspiration la pratique technique et éthique des arts martiaux et souhaitant nous inscrire dans une tradition de pédagogies sociales et populaires nous revendiquons une «pédagogie de combat» dans laquelle le corps et les affects se placent au centre des préoccupations éducatives et qui doit permettre la maitrise progressive de la violence interne (émotionnelle) et externe (relationnelle). A partir d’activités émancipatrices encourageant connaissance et affirmation de soi, entraide et bienveillance, curiosité et ouverture d’esprit, équilibre et mesure, décontraction et spontanéité, nous tâchons de permettre aux pratiquants de s’exprimer et d’agir suivant une recherche active d’harmonie individuelle et collective. Notre initiative entend cibler divers champs d’améliorations politiques et sociales : sociabilisation et valorisation de la mixité sociale et culturelle / Lutte contre les préjugés et les discrimination / Accès à la scolarisation et à la vie associative locale ainsi que prévention contre le décrochage / Prévention de la délinquance et des violences interpersonnelles.

J’aime être humain car, inachevé, je sais que je suis un être conditionné, mais conscient de l’inachèvement, je sais que je peux aller plus loin. Telle est la différence profonde entre l’être conditionné et l’être déterminé, la différence entre l’inachevé, qui ne se sait pas comme tel, et celui qui, historiquement et socialement, s’est élevé jusqu’à la possibilité de se connaître incomplet.

Paulo Freire

Gallerie :

Photos :

><
1/5